Anciens articles, Le Blog, Voyage et culture
1 commentaire

Independence day

Hier avaient lieu au Pakistan les festivités de la fête nationale, et aujourd’hui en Inde : le 14 août pour le Pakistan, 15 août pour l’Inde. Si ces deux fêtes sont si importantes, c’est parce-qu’en 1947, la partition a laissé des blessures encore à vif dans la mémoire collective des deux pays.

L’Empire Britannique qui s’étendait dans toute l’Asie du Sud était au bord de l’implosion, les tensions communautaires exacerbées, puis les britanniques ont quitté l’Inde brusquement, laissant naître deux nouveaux pays : l’Inde, et le Pakistan.

C’était le célèbre poète Allama Iqbal qui, en 1930, dans son « discours présidentiel », avait pour la première fois évoqué l’idée de la création d’un pays pour les musulmans d’Inde. Ce n’est qu’en 1947 que le Pakistan, littéralement le « pays des purs », vit le jour, sous la direction du Qaid e Azam, le grand leader, Muhammad Ali Jinnah.

Mais cette partition se fit dans la douleur, entraînant des milliers de déplacés de part et d’autre de la nouvelle frontière, les musulmans migrant vers le nouveau pays, et les sikhs et les hindous le quittant dans la direction inverse, par trains entiers, et un territoire sacrifié : le Kashmir. Le Kasmir, état princier à la population musulmane, mais dont le prince hindou se rattachera à l’Inde, et on le nommera Jammu e Kashmir.  La partie du Kashmir étant revenue au Pakistan est elle appelée « Azad Kashmir », Kashmir libre, le reste étant à ce jour considéré comme territoire occupé. Les massacres interethniques qui suivirent la partition ont laissé des traces, et ont fait de ces deux pays frères des ennemis éternels.

Les guerres se sont succédées, mais de nos jours, c’est au cricket que s’affrontent les deux pays, et aussi quotidiennement lors de la cérémonie de retraite de la garde de « Wagah Border », la frontière entre l’Inde et le Pakistan, entre Lahore et Amritsar, au coeur de ce Punjab coupé en deux une nuit d’août 1947. Les gens viennent par centaines s’asseoir dans les gradins de part et autre de la frontière, pour scander avec ferveur : Pakistan Zindabad ! Vive le Pakistan ! du côté pakistanais, et Jai Hind ! Vive l’Inde ! du côté indien, rivalisant de volume sonore et de drapeaux brandis, alors que les gardes se défient à coup de chorégraphies militaires et de regards noirs.

Wagah Border

Wagha border

wagah-border

Wagah Border

Wagah Border

Wagah Border

Wagah Border

Wagah Border

Wagah Border

Publicités

1 commentaire

  1. Salam aleykom,

    Les colons n’ont eu que ce qu’ils voulaient : la division parmi les peuples frères…  » Diviser pour mieux régner « , qu’ils disaient…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s