Tous les articles taggés : inde

A wedding journey – Episode 2 – Histoire de Sameena

Nous sommes en novembre. Il fait nuit, et la fraîcheur monte doucement des champs de riz brûlés par le soleil. La journée est finie, plus un bruit ne vient à nous à part quelques oiseaux nocturnes. Nous sommes dans la cuisine, la pièce extérieure dans laquelle on fait le feu, entre femmes, alors que le reste de la maison est déjà couché. Nous sommes dans les mois qui précèdent le mariage de Sameena, et nous avons appris l’accord des deux familles il y a très peu de temps. Je demande à Sameena si elle a déjà vu son fiancé. Maryam ricane à côté de moi. J’ai posé la question taboue, je le sais, je l’ai fait exprès. Elle me répond qu’on lui a donné une photo. Elle ne sait pas vraiment dire si il lui plaît ou pas. Elle sait que c’est son promis, sa vie, celui qui sera à elle et à qui elle appartiendra toute sa vie. Sa mère est gentille, elle l’accueillera avec amour. Ses soeurs sont mariées, ses frères ont émigré. …

Une histoire de mariage – Episode 1

La saison des mariages commence au Pakistan. Nous avons d’abord pensé écumer les photos de défilés pour faire une sélection de looks, puis nous sommes tombées sur une campagne magnifique, celle de la collection mariées de Hussain Rehar, designer pakistanais de Lahore : Fateh Pur, Queens of Punjab. Les photos étaient tellement fortes qu’elles m’ont immédiatement projetée dans les mariages que j’avais vécus au Punjab pakistanais. Nous avons décidé d’en illustrer ces souvenirs, quelques histoires de femmes comme vous et nous. Nous sommes au Punjab, la région agricole du Pakistan. Même s’il s’agit de la région où le taux de scolarité est le plus important, les filles ne vont à l’école, dans le meilleur des cas, que jusqu’à la douzième classe, celle qui correspond au brevet des collèges. Toute leur éducation, ou presque, est destinée au mariage, et à pouvoir satisfaire un bon parti, car elle quitteront leur famille pour aller vivre dans la maison de leur belle-famille. Il leur faut un peu d’éducation, mais pas trop, pour qu’elle puisse se satisfaire de sa situation …

Une histoire de frontières #kashmir

Si la colonisation a fait des ravages sur le plan humain, éthique et culturel, la décolonisation a été lourde de conséquences, partout dans le monde. L’une des principales causes des conflits actuels est le tracé des frontières, effectué par les colons avant leur retraite. Au Pakistan, c’est le cas pour toutes les provinces du pays ou presque. En 1947, au retrait des Anglais, il est  finalement décidé, après moultes discussions et manifestations, de séparer l’ancien Empire Britannique en deux états distincts : L’Inde, à majorité hindoue, et le Pakistan, nouveau pays créé pour les musulmans, qui se déploiera sur les provinces à majorité musulmane. De nouvelles frontières sont donc tracées et les provinces pakistanaises créées : Khyber Pakhtunkhwa, Balochistan, Sindh, Punjab, et Bangladesh (ce dernier obtiendra son indépendance en 1971). Nous reviendrons plus tard au cas du Kashmir. Au Khyber Pakhtunkhwa, la ligne Durand, tracée par les Britanniques à leur départ, a séparé l’Afghanistan du nouveau Pakistan, coupant l’ethnie pashtoune en deux volontairement (et allant même jusqu’à couper les tribus les plus gênantes en deux pour les affaiblir). La …

Dangal, ou l’hymne à la libération des femmes indiennes

Si nous parlons bollywood aujourd’hui, c’est parce-que le film que nous évoquons, qui traite de l’émancipation des femmes indiennes par le sport, en l’occurence la lutte, n’a rien des clichés classiques de l’industrie cinématographique de Mumbai. Tout d’abord parce-que nous connaissons Aamir Khan, acteur et également producteur du film, comme un anti-héros bollywoodien en tant qu’acteur. En tant que producteur, il a abordé des sujets très profonds : notamment l’autisme dans Taare Zameen Par, et les relations entre les religions dans PK. Ensuite, parce-que ce film met une petite raclée à Salman Khan, qui est pour le coup un cliché du « héros bollywoodien qui reste éternellement jeune premier », récemment à l’affiche dans Sultan, film traitant aussi de la lutte. Ensuite parce que le film met en avant des actrices qui n’appartiennent pas à la scène habituelle de bollywood, et qui ne sont pas issues de ces grandes familles du cinéma hindi, milieu non épargné par le système des clans et des castes. Et enfin, ce qui a titillé notre féminisme, et qui fait que nous …

Bijoux tribaux, ou la transmission d’une histoire

Une toute nouvelle collection de bijoux s’apprête à rejoindre la boutique, et nous voulions vous en parler. Nos bijoux tribaux ne sont pas nos créations, mais nous avons tenu à les partager sur la boutique Gulshaan, car ils sont le symbole de toute une région, et bien trop peu connus. Les chaînes montagneuses de l’Himalaya, du Karakorum et leur prolongement en Afghanistan recèlent de trésors. Ces merveilles sont les pierres qu’on y trouve, et notamment le célèbre lapis lazuli, d’un bleu profond. Ces pierres extraites difficilement des montagnes viennent ensuite inonder les bazaars de Peshawar et de Kabul. Les bijoux tribaux en métal argenté ornés des pierres des montagnes font partie intégrante de la culture des tribus pashtounes, et le savoir-faire des artisans est millénaire. Si les femmes portent colliers, bijoux de tête, bracelets et autres chaînes de chevilles, les hommes arborent fièrement de grosses bagues. Comme la pierre, la pièce de monnaie afghane est souvent intégrée aux bijoux, notamment aux colliers et aux bijoux de tête. Symboles de la culture tribale, repris par les …

London by Gulshaan

Si une partie de notre cœur est au Pakistan, une autre partie est très logiquement en Angleterre, où l’équipe se ressource régulièrement, pour des raisons professionnelles autant que familiales. Londres devient celle que nous sommes capables de voir en elle, ou que nous voulons voir… Notre point d’ancrage est l’Est de Londres, non loin de la légendaire Green Street connue jusqu’au Pakistan. Dans une petite rue où un village du Pakistan que nous connaissons si bien s’est recréé… Un Londres dans Londres, dans lequel on parle plus ourdou qu’anglais, et où mieux vaut savoir le lire. C’est cette langue qui, ici, rassemble les communautés du Pakistan, d’Inde, d’Afghanistan et du Bangladesh. Un endroit où les grillades ont le même goût qu’en plein coeur du bazaar de Lahore, et où le shalwar kameez est le vêtement local… En Angleterre s’est inventé une mode indo-pakistanaise parallèle, qui ne suit pas forcément les codes d’origine. Alors qu’au Pakistan, ce sont les designers textiles sur le coton et le lin qui sont les maîtres du domaine de la mode, on privilégie …

Bridal Fashion Week au Pakistan, une semaine haute en couleurs…

Alors que les chaleurs écrasantes de l’été s’estompent et que l’air devient plus respirable, une fois les eaux des fortes pluies de la mousson évaporées, la saison des mariages commence au Pakistan. Partout les maisons s’ornent de guirlandes lumineuses et de fleurs. Il y a quelques jours se déroulait là-bas comme chaque année la Bridal Fashion Week, la Fashion Week « Mariage », où les designers nationaux présentaient leurs collections les plus travaillées. L’artisanat dans toute sa splendeur, car chaque pièce est faite main, comme nous vous le montrions récemment avec la tenue de mariée sur laquelle nous avons travaillé au Pakistan pour le tournage d’un film. Le défilé en image… Les mariages pakistanais sont généralement divisés en trois jours : le mehendi (jour du henné), où la mariée porte des vêtements simples, souvent dans les tons jaunes ou verts, le bharat (jour du nikah, mariage religieux) où la mariée quitte sa maison pour la maison de sa belle-famille, et le walima (jour où la belle-famille reçoit les invités chez elle). Même si le rouge reste la couleur …

Gulshaan bientôt sur les écrans de cinéma…

Récemment, l’équipe Gulshaan a travaillé sur un nouveau projet, dont nous ne pouvons pas encore tout vous dévoiler. Mais nous pouvons déjà vous dire que vous verrez certaines tenues Gulshaan au cinéma l’année prochaine, puisque nous avons participé cet été au tournage d’un film. En plus de certaines tenues de la première collection et de la collection d’été que vous avez pu trouver en boutique et que vous retrouverez portées par les actrices du film, nous avons également travaillé avec notre équipe au Pakistan sur une commande sur mesure de la part de l’équipe de production : une sublime tenue de mariée pakistanaise destinée à l’une des scènes principales du film. Notre équipe a effectué un véritable travail de fourmi pendant plusieurs semaines pour broder à la main chaque perle de ce bijou, du large et lourd voile pourtant si fluide au col et aux bordures de la tunique assortie de son pantalon… Tout était magnifique, juste, si précis qu’on en avait peur de la toucher… Une petite merveille qui a fini dans l’une des scènes clé du film… Le tissu …

Un mois de lumière touche à sa fin…

Un mois éprouvant s’achève pour les musulmans aux quatre coins du monde. En Inde et au Pakistan, ce mois a été marqué par des pics de chaleur sans précédent, qui ont fait des milliers de morts, notamment à cause de l’absence d’électricité jusque dans les hôpitaux et du manque d’accès aux soins et à l’eau potable. Malgré tout, ce mois si spécial est marqué de générosité, de solidarité et de partage. Dans les mosquées pleines et rayonnantes de guirlandes lumineuses, on s’est rassemblé chaque soir pour rompre le jeûne et accomplir les prières de taraweeh. Quelques images de part et d’autre de la frontière indo-pakistanaise…

A la découverte des bracelets de verre…

Aujourd’hui nous voulions vous raconter l’histoire des bracelets de verre. Ces bracelets ronds que l’on porte par douzaines sont devenus en occident le symbole de bollywood. Pourtant, plus ou moins travaillés, ils sont depuis longtemps la parure simple de toutes les femmes d’Asie du Sud, loin des projecteurs de Bombay. L’industrie du bracelet de verre est née à Ferozabad, dans l’état de l’Uttar Pradesh, en Inde, état à majorité musulmane, bastion de la poésie et de la littérature ourdou et persane. A la partition en 1947, quand des milliers de musulmans quittèrent leurs terres pour le nouveau Pakistan, le « pays des purs », alors que dans le sens inverse les sikhs et les hindous rejoignaient en masse le territoire amoindrit de « l’Hindustan », « pays des hindous », la communauté de ceux qui avaient appris à manier le verre fondu pour en faire ces bracelets au son si particulier se retrouvèrent aux alentours de la ville d’Hyderabad, à proximité de Karachi, dans le sud du Pakistan. La ville devint peu à peu la ville traditionnelle pakistanaise du travail des …